Sandra Côté : Au cœur de Brompton

 

 

 

Par Marlène Guillemette-Bengle

Les Portraits de Brompton, ce sont des articles qui vous permettront de connaître au fil des mois les acteurs impliqués dans notre communauté, porteur de changements et de dynamisme! Pour la lancement de ces portraits, qui de mieux que la nouvelle porte parole du projet Coeur de Brompton?

En arrivant au restaurant familial Le Principal pour rencontrer celle que je ne connaissais que de nom, j’ai tout de suite été charmée. D’abord, par le lieu et l’accueil chaleureux des employés. Ensuite, par le sourire communicateur de madame Côté. C’est autour d’un café que j’ai appris à connaître l’impressionnant parcours de la citoyenne hors pair qu’est Sandra Côté, nouvelle porte-parole du projet de dynamisation Cœur de Brompton

Racines

Originaire de Stoke, elle grandit sur une ferme ancestrale de production laitière. C’est donc les deux pieds dans le monde agricole qu’elle entame sa vie de jeune fille. Bien qu’elle aime profondément le milieu de l’agriculture, elle n’avait pas en elle le feu sacré.  Qu’à cela ne tienne : elle avait d’autres ambitions et c’est son frère qui va racheter la terre quelques années plus tard afin de préserver la tradition pour une quatrième génération.

Puis, c’est au Collège Mont Notre-Dame de Sherbrooke qu’elle se fera des amies pour la vie. Déjà, elle se démarque: ligue d’improvisation, album des finissantes, radio étudiante, etc. Elle en garde d’ailleurs de précieux souvenirs. Au Cégep, passionnée par l’humain, elle entame des études en psychologie. Toutefois, la naissance de sa fille imposera une pause dans son parcours. Je dis bien une pause, puisqu’en plus d’accumuler diverses formations dans plusieurs domaines par la suite, et de mettre au monde à nouveau, elle effectuera un retour aux études à l’Université de Sherbrooke à l’âge de 46 ans en politique publique. Un rêve réalisé!


Photo : Frédéric Gosselin instagram.com/fuseau.solaire

Brompton, Mon amour

C’est en 1991, récemment mariée, qu’elle décide de suivre son cœur et de s’installer à Bromptonville avec son mari, originaire de la place. Elle tombe rapidement en amour avec l’endroit et ses habitants, retrouvant la ruralité qu’elle aimait tant : 80% du territoire est agricole, c’est donc dire qu’il y a beaucoup de fermes!  Inspirée et marquée par ses rencontres, elle auto-publiera en 2014 son premier livre Le Bonheur à Tue-Tête : des chroniques, inspirées d’histoires vécues, pour redonner espoir. Pourquoi « à tue-tête » ? « Parce que souvent, il faut se battre ou se défendre pour accéder au bonheur », répond l’autrice. D’ailleurs, son parcours est la preuve ultime que quand on veut, on peut. Celle qui se passionnait d’écriture, mais qui ne croyait pas que la publication d’un livre lui était accessible, a décidé de l’éditer elle-même. Résultat? La voilà fière et accomplie.


Photo : Frédéric Gosselin instagram.com/fuseau.solaire

ICI Sandra

En 2016, n’ayant rien perdu de sa fougue et impliquée au sein d’un comité lutant pour la survie de l’arrondissement de Brompton, elle prend l’initiative de doter celui-ci de son propre journal. C’est ainsi que, issu de l’implication citoyenne, le Journal communautaire ICI Brompton voit le jour. Journal qui aurait tout aussi bien pu s’appeler ICI Sandra, puisque tout a commencé dans son salon, sans aucun financement. C’est donc grâce à cette femme et à son bénévolat que vous pouvez aujourd’hui tenir une copie papier de cette publication dans vos mains chaque mois. Sa première alliée aura été l’infographiste Anne-Marie Auclair (également peintre Art Naïf et illustratrice). Puis, elle a obtenu le soutien des organismes locaux,  sollicités un à un pour écrire des chroniques. Le journal communautaire ne cesse de prendre de l’expansion depuis. Sa créatrice tient d’ailleurs à souligner la grande implication bénévole des membres du conseil d’administration élu: « Ils ont grandement contribué à ce qu’est le journal aujourd’hui. Je crois en la force de l’équipe. » S’il n’était à l’origine disponible qu’en ligne, c’est maintenant 400 copies papier du dit journal qui sont distribuées au IGA, à la pharmacie et chez Desjardins dix fois par an et chaque copie trouve rapidement preneur. 

Le journal, organisme sans but lucratif, a su garder tout le positivisme qui est propre à sa rédactrice en chef malgré la pandémie. Le mot d’ordre étant : il ne faut pas désespérer. Vous remarquerez que ses éditoriaux n’ont jamais fait mention de la Covid 19. Si le bonheur se trouve dans le partage, le journal aura certainement contribué à partager l’espoir en ces temps incertains.  

Sandra Côté, porte parole du projet Coeur de Brompton

Sandra Côté, porte-parole du projet Coeur de Brompton

Photo : Frédéric Gosselin instagram.com/fuseau.solaire

Au Cœur de Brompton

Désormais classé comme district, Brompton, avec ses quelque 7000 habitants, a déjà été une ville et en son cœur se trouve ce que les locaux appellent « le village ». C’est dans ce périmètre que se concentrent les activités de dynamisation du Comité Au Cœur de Brompton. Sandra Côté, en plus d’être rédactrice en chef du journal depuis bientôt 6 ans, était jusqu’à tout récemment présidente du CA, s’impliquant encore davantage pour sa communauté. Lorsqu’est venu le temps de trouver une nouvelle personne à titre de porte-parole, cette dernière a proposé quelques noms sans savoir que ses collègues voulaient qu’elle occupe ce poste à l’unanimité. « Ça allait de soi avec son amour pour l’entreprenariat, son esprit de communauté, son énergie et son côté proactif. », lance Anne-Sophie Demers, conseillère à la dynamisation pour le secteur de Brompton chez Commerce Sherbrooke. 

Défis et opportunités

Le plan d’action pour l’année 2021 est prometteur : concours de façades fleuries et comestibles, programme de soutien à l’animation commerciale, etc. Le rôle de Sandra Côté au sein du comité en sera un de mobilisation et de promotion, entre autres. Brompton étant appelé à se renouveler, la porte-parole semble réellement heureuse de pouvoir participer encore plus activement à son rayonnement. Elle souhaite que la communauté tricotée serrée et les gens d’affaires s’unissent pour garder vivant le sentiment d’appartenance et d’identité. 

Sandra Côté, porte parole du projet Coeur de Brompton

Sandra et Marlène sur le vif, au restaurant Le Principal!

Photo : Frédéric Gosselin instagram.com/fuseau.solaire

Comme un poisson dans l’eau

Aujourd’hui maman et grand-maman, Sandra Côté se sent réellement à sa place tant professionnellement que personnellement. En plus de tous ses engagements cités plus haut, elle est également chargée de projet des rencontres régionales chez Pro-Def Estrie depuis bientôt deux ans. Avec tout ce que vous savez sur elle à présent, il n’est pas étonnant de la savoir active auprès de cet organisme, axé sur la promotion et la défense les droits des personnes vivant ou ayant vécu un problème de santé mentale. 

Naturellement, quand je lui demande qu’elle est sa principale passion, elle répond tout de suite: « Les humains! J’aime observer l’humanité des humains. » Ses valeurs principales? La liberté et l’amour. Elle aime particulièrement susciter la réflexion et est une éternelle nostalgique. Vous trouverez d’ailleurs la plupart du temps dans son éditorial des histoires mettant en scène ses grands-parents. Avec le journal communautaire, son poste chez Pro-Def et son nouveau titre de porte-parole, on peut dire qu’elle est définitivement sur son X. Avant tout féministe, le droit des femmes demeure son cheval de bataille. Ce qui est certain, c’est qu’on sent en elle un grand sentiment d’appartenance à Brompton et un désir de préserver l’identité du district tout en contribuant à son évolution.

Qui ne voudrait pas de Sandra Côté comme porte-parole? Personnellement, j’attends son prochain livre. Qui sait, on y retrouvera peut-être un personnage de Brompton?

 

Nos principaux partenaires